Une réflexion sur « Docteur, ma boule »

  1. Je me demande dans quelle mesure ce genre de relation inavouable intervient dans les légendes un peu connes et très bien écrites à la « il n’a pas père, je l’ai porté, je l’ai mis au monde, je l’ai élevé, je ne me l’explique pas »…

    Ca sent quand même le « Mais il a pas de père je vous dis merde ! La preuve, j’ai jamais connu d’homme, j’ai même toujours vécu seule à part la fois où j’ai hébergé un Wookie ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *